UGS : 1122.
Catégorie : .

histoire de l’écriture typographique I/II

45,00 TTC

Livre Neuf

 

En stock

Ce livre est la suite chronologique du tome I consacré à l'époque qui court de Gutenberg au XVII e siècle. L'ensemble est conçu pour proposer une vision générale et relativement complète de ce qu'il faut au moins savoir sur le sujet, en fonction de ce que nous pouvons en dire aujourd'hui. Viennent également des informations complémentaires que j'appelle des " pauses ". En général, ces informations sont mises en annexes en fin d'ouvrage, et, dans une organisation traditionnelle du livre, ou bien le lecteur les lit trop tard, ou bien il ne les lit jamais. Je les ai donc placées là où il m'a semblé préférable de les faire figurer en fonction du sujet des chapitres abordés, soit pour les introduire, soit pour les compléter. Je suis convaincu, en effet, que pour se faire un bon bagage sur l'histoire de la typographie (et du monde du livre d'une façon plus générale), il n'est pas inutile de connaître, en plus, certains sujets connexes de façon à les incorporer dans une réflexion globale. Depuis son invention, au XV e siècle, le tracé des lettres typographiques s'est toujours inspiré de celui des lettres calligraphiées alors en usage. A l'époque des prototypographes, il s'agissait de concevoir des caractères imitant au plus près les écritures gothiques, car le livre imprimé n'avait comme raison d'être que de reproduire industriellement le livre manuscrit, voire d'en faire des fac-similés. Avec le temps, le tracé des lettres typographiques évolue forcément, et à leur tour les calligraphes s'inspirent de ces formes nouvelles. Dans le courant du XVI e siècle, la typographie romaine prend le pas sur la typographie gothique. Au siècle suivant certains maîtres d'écriture, calligraphes renommés comme Louis Senault, Jean-Baptiste Alais de Beaulieu fils et Nicolas Jarry, s'inspirent du tracé des Garaldes, mais ils le modifient quelque peu en y apportant des caractéristiques pertinentes (en particulier dans la lettre gravée sur cuivre) que le Romain du roi (caractère créé dans la dernière décennie du XVII e siècle pour l'imprimerie royale, et prototype des caractères de la famille des Réales) va reprendre à son compte, comme l'axe vertical (et non plus incliné) de la répartition des graisses des caractères, comme le contraste de plus en plus affirmé de l'épaisseur des pleins et les déliés, ainsi que la géométrisation des formes. L'écriture typographique du XVIII e siècle se caractérise par ces nouveaux caractères, par une constellation d'ornements modulables et autres vignettes à combinaisons, par des formats d'imprimés et des configurations de titres et de textes entièrement différents de tout ce qui avait précédé, certaines préfigurant les éditions de bibliophilie du début du XIX e siècle.