Un musée passionnant

L’AMI – Atelier Musée de l’Imprimerie – est un projet qui vient de loin. Il donne sens à une collection unique de machines patiemment rassemblées pendant plus de 20 ans et vient donner forme à une passion partagée :

– Celle de Chantal et de Jean-Paul Maury, un couple d’imprimeurs soucieux de sauve-garder un patrimoine exceptionnel, mais peut-être plus encore de préserver la mémoiredes métiers, des technicités, un savoir-faire et d’affirmer la réalité et le dynamisme d’un secteur industriel. La transmission n’est-elle pas constitutive de la filiation, comme le rappelle Michel Onfray à propos de son père ? « Il fallait que ses vertus deviennent les miennes, et plus encore, mieux encore ». Jean-Paul Maury est fils et petit-fils d’imprimeurs.

– Celle de l’association Artegraf réunissant des professionnels et des anciens du métier de l’imprimerie, soucieux eux aussi de transmission et de tradition. Cette tradition vive dont on dit qu’elle est une mémoire devenue histoire.

– Celle aussi de l’État, du ministère de la Culture et de la Direction Régionale des Affaires Culturelles (DRAC), du Fonds National d’Aménagement et de Développement du Territoire (FNADT), de la Région Centre-Val de Loire, du département du Loiret, du Pays Beauce Gâtinais en Pithiverais, de la communauté de communes du Pithiverais-Gâtinais et de la commune du Malesherbois qui sont venus apporter leur soutien, leurs technicités et témoigner leur confiance à ce projet culturel, éducatif et touristique.

 

L’Atelier-Musée de l’Imprimerie est une réponse à ce désir de regarder devant en s’appuyant sur la force propulsive du passé. Il est ce lieu de conservation du patrimoine et de transmission où les machines, les livres, les journaux, les gestes de ceux qui les ont fabriqués sont appelés à témoigner ; ce lieu où la mémoire devient récits et histoire ; ce lieu où l’on tente de modifier le rapport aux savoirs en y incorporant le faire ; ce lieu où l’on invite à « la volupté de lire », où l’on peut s’adonner en même temps aux plaisirs de découvrir et de comprendre ; ce lieu où l’on parie encore et toujours sur la force émancipatrice du savoir et sur une médiation plurielle et volontariste ; ce lieu qui porte et enthousiasme une politique de développement du territoire.

 

JMG Le Clézio, prix Nobel de littérature, participant à une exposition présentée au Louvre, rappelait que le musée est musées, comme le monde est mondes, et qu’en cela « les musées sont des mondes ».

 

Puisse l’Atelier-Musée de l’Imprimerie prendre sa part dans cette lecture plurielle du monde(s), de notre monde.

Partagez avec vos amis !